Couvre lit Latania

Sur le lit un plaid nonchalamment posé, dans la tête une grande envie de s’y jeter.
Ne jamais sous-estimer la force décorative des balançoires.

Souvenez-vous, de ces couvre-lits épais qui habillaient jadis les rois du sommeil dans les maisons des anciens.

De jolies fleurs colorées, quelques accessoires bien choisis… Profitez de chaque saison pour redécorer votre intérieur selon vos envies.
Blanc, beige, tissu matelassé : le moelleux et la douceur vous appellent.
Qu’ils sont doux, les rayons de soleil du matin.
LATANIA
LATANIA

Les couvre-lits Latania

Souvenez-vous, de ces couvre-lits épais qui habillaient jadis les rois du sommeil dans les maisons des anciens. Grands oubliés du linge de maison, les boutis respirent pourtant la patte de l’artisan, les souvenirs de la tradition mais aussi et surtout, le culte du matelassé.

Tissu matelassé : une histoire culte

Observez les jockeys, admirez les frileux en doudoune l’hiver et obtenez la définition du matelassé mainstream qui court les champs de course et les rues quand le mercure est à zéro. Synonyme de chaleur et de confort pour les uns, il est aussi celui du culte lorsqu’il s’agit de sortir du textile pour s’attaquer aux accessoires de mode. S’il en est un qui a mis l’effet 3D au goût d’hier et d’aujourd’hui, il s’agit bien du 2.55, sac iconique de Chanel se démarquant par ses reliefs et ses piqûres en forme de losanges. Symbole du luxe par excellence dès les années 60, celui-là n’est pourtant pas le premier à avoir joui du succès du matelassé.

Boutis : une histoire de tradition

 

Le sac Chanel n’est en effet qu’une anecdote de l’histoire lorsqu’il s’agit de tissus aux motifs piqués. Avant de prendre la silhouette de losanges chez la Maison Française, des formes bien plus complexes se dessinaient sur les étoffes Méditerranéennes. Porté par le passage du marché du coton sur le port de Marseille il y a des siècles, le travail à l’aiguille qui consiste à piquer le tissu pour y faire apparaître des motifs est devenu culte dans le sud de l’Hexagone bien avant que Gabrielle Chanel pousse les françaises à porter le matelassé à l’épaule. Ainsi les boutis (dont le nom provient de la technique originelle) ont-ils recouvert nombre de lits en Provence et ailleurs avant de s’effacer lentement au profit de couvre-lits plus modernes. Mais parce que la technique concurrence à sa façon l’imprimé en faisant apparaître les motifs en relief au lieu de jouer avec a couleur, le jeu de la tradition et du contemporain pourrait bien redonner sa légitimité à l’étoffe provençale.

Les couvre-lits Latania

 

Sur les couvre-lits Latania, ce ne sont pas des triangles que vous allez trouver. Plus complexe, honorant la tradition du piquage, ceux-là font la part belle au végétal en laissant apparaître de subtiles feuilles de palmiers sur des motifs légèrement délavés. Mélange élégant de classique et de moderne, on réchaufferont autant les pieds des frileux qu’ils décoreront leur salon ou leur chambre.